NEWS

  • 13 janvier 2019

    Modification des articles 6 (Paiement) et 7 (Annulation) du règlement
  • 24-28 septembre 2018

    Reconnaissance du parcours du PBP 2019
  • 13 janvier 2018

    Lancement de la plaquette de présentation du PBP 2019

Un succès mondial incontestable



5 157 randonneurs venus des 5 continents se sont élancés à la conquête des routes de l’Ouest sous un ciel plus que menaçant. Pluie, vent contraire, humidité 4 jours durant. 3 636 ont terminé courageusement ce périple exceptionnel de 1 227 km.

Redoutable pour les jambes et le corps certes mais plus encore pour le mental, le "PBP2007" restera sans conteste l’une des plus difficiles des 16 éditions. Comment ne pas avoir de respect pour tous ceux qui se sont élancés (lundi soir ou mardi matin) sous la pluie et le vent contraire pour passer plusieurs nuits dans l’humidité ambiante ? Tous espéraient trouver sur les routes Bretonnes des conditions plus clémentes. Mais au fur et à mesure de leur progression, "Eole et Dame pluie" se sont installés durablement sur le parcours, accompagnant durant 90 heures des randonneurs. "Ici, personne ne part la fleur au fusil. Tous ont parcouru au minimum 4 brevets qualificatifs de 200, 300, 400, 600 km afin de leur permettre d’appréhender les pires conditions climatiques » nous confie l’expérimenté Roger Baumann, lauréat de 10 Brevets successifs.
Une préparation nécessaire mais peut être pas suffisante. La preuve, pour beaucoup après une première nuit de galère, ils frisaient déjà le hors-délai dès Fougères après seulement 300 bornes.

La dure réalité
Un Paris-Brest pour un randonneur cycliste, c’est un peu comme l’ascension de l’Himalaya pour un alpiniste. "C’est l’aboutissement d’un rêve un peu fou", nous confie Fabrice Rota, notre animateur du gîte fédéral qui tente l’aventure pour la première fois, sans assistance. A Loudéac à l’aller, Fabrice frise la correctionnelle. Il est blessé à la selle. Sur le conseil d’un ami, une bonne pommade protectrice et un peu de repos lui permettront de repartir vers les monts d’Arrée. Ouf! Mais au retour après 2 nuits et 2 jours de pluie, à l’arrêt de Villaines, une seconde alerte sérieuse l’arrête. Cette fois, se sont les pieds "échauffés par l’humidité". Il s’assèche les pieds au talc, et dort 2 bonnes heures pour récupérer. Il repartira de plus belle sous une pluie battante, poursuivant son rêve. Il arrivera à bon port sans connaître d’autres problèmes majeurs et terminera « au mental » comme la plupart des arrivants
Autre rencontre : celle de Joël Gaborit du CT Rambouillet (Futur capitaine de route de Paris Pékin 2008). Il va connaître un véritable cauchemar dans les 200 derniers kilomètres. Très marqué par la pluie et surtout par le vent de ¾ face, Joël, est paralysé du côté gauche. Il ne peut plus tenir son guidon correctement. A Dreux, le contrôleur de l’ACP Robert Leduc lui suggère repos, douche chaude, massage, étirements et modification de la position sur le vélo. Joël réussira tant bien que mal à rallier Saint-Quentin. "J’ai pensé 100 fois à renoncer mais si près du but…" Si près du but, renoncer est impensable. C’est pourtant ce qui s’est produit pour Roger Martin, le doyen de l’épreuve. Il espérait tellement pouvoir boucler "son 10e brevet". Une longévité exceptionnelle. Mais vaincu par la fatigue et surtout par sa vue, la sagesse lui commanda de renoncer. Terrible désillusion.

Heureux d’en finir
Des randonneurs heureux et imperturbables, au mental d’acier, nous en avons rencontré. Honneur aux dames, Christiane Thibault, du CC Croissy sur Seine est originaire de Saint -Méen le Grand en Bretagne. Arrivée à Brest, mardi en fin d’après midi, elle prend tout son temps pour se nourrir et se vêtir avant d’affronter la seconde nuit. Elle repart avec sérénité pour accomplir une grande partie du retour "toute seule". Christiane ralliera dans la discrétion Saint-Quentin. Quelle endurance!
Autre rencontre, celle d’Alain Collonges de l’ASPTT Paris, un métronome, et son compère de l’ASPTT Lyon, Jean Pierre Cellier, toujours le sourire aux lèvres. Ils ont effacé le ruban de "1 200 bornes" sans incident notoire ni le moindre passage à vide. Impressionnant de régularité n’est ce pas ?
Lionel Delahaie, du RC Anjou, après quelques aléas termine en vieux briscard son 7e. "c’est le plus dur" affirme t-il sans hésiter. Mais la palme de l’endurance revient au benjamin du brevet, Cédric Bonnay -18 ans - des randonneurs picards d’Amiens. Bien drivé par l’expérimenté William Coulevra, président du CODEP de la Somme, il rallie le gymnase des droits de l’homme le vendredi sans la moindre trace de fatigue sur le visage, un plaisir non dissimulé par son coach et "prêt à recommencer!"

Contrôle de nuit à Loudéac
3 heures du mat à Loudéac, la pluie a fait des ravages, la froideur engourdit les corps, les "loupiotes" surgissent de la nuit noire, les corps sont meurtris et les yeux rougis par le vent. Le sommeil guette, certains luttent, d’autres s’allongent, vaincus par la fatigue. Le dortoir de 400 lits affiche complet. Alors que faire ? sans hésiter, les cyclos épuisés déploient la couverture de survie et s’installe contre un mur ou à même le sol. Une japonaise somnole sur sa chaise et tombe soudainement. A ses côtés, un allemand dort la tête dans son assiette. Au réfectoire, l’odeur de café chaud et de sueur froide amplifie cette atmosphère quelque peu surréaliste. "Réveillez moi dans ½ heure souhaite un canadien"…Les 150 bénévoles du contrôle sont aux petits soins et vont veiller sur les cyclos 2 jours et 2 nuits sans interruption. Sans eux rien ne serait possible. Le mercredi matin on enregistre déjà 129 abandons!

Succès mondial
44 nationalités étaient représentées dont 606 américains, 387 allemands, 368 italiens, 334 Anglais, 205 espagnols, 182 danois, 125 Australiens, 121 Belges, 116 canadiens, 112 Japonais, etc... et 2 298 français. Au total 5 157 randonneurs des 5 continents étaient présents sur ce 16e PBP.
La moyenne d’âge est de 49,7 ans.

Villaines la Juhel : quel accueil !
La palme de l’accueil revient sans conteste à la ville de Villaines la Juhel en Mayenne : située à 232 km de Paris, le point d’accueil était grandiose, avec ballons gonflables, calicots, musique, rues décorées, borne kilométrique. 2 animateurs se relayaient au micro sans arrêt pour accueillir les randonneurs avec moult encouragements à l’appui : interviews, temps de passages, informations des autres contrôles avec chiffres à l’appui. Une super ambiance qui faisait chaud au cœur des randonneurs fourbus.

Retour

Mentions légales REVENIR EN HAUT
© 2018-2019 PARIS-BREST-PARIS